Présentation des producteurs

Historique d’installation de Lorena, maraîchère de l’AMAP de Seysses

photo_lorena
Lorena, maraîchère de l’amap du Petit Scarabée à Seysses

Mon parcours est semblable à celui de nombreux citadins qui décident au bout d’un certain temps, qu’un retour à la terre est plus que nécessaire. On rêve d’un monde meilleur, on se dit que la paysannerie est une solution ! Cultiver des fruits et légumes de qualité, développer les circuits courts, favoriser l’échange entre la ville et la campagne, créer son emploi, ça a du sens !

Suite à une reconversion professionnelle, je me suis donc installée maraîchère en 2011. Après avoir obtenu un BTSA en gestion et protection d’espaces naturels en 2004, après avoir voyagé et rencontré dans différents coins du monde des paysans aux modes de vie qui m’ont marqué, après avoir assisté à un colloque international sur la souveraineté alimentaire, une rencontre par ci, une conférence par-là… Je décide de me former en 2009 pour tester mon envie de devenir paysanne à mon tour. Ma formation CS agriculture bio m’a bien aidé à forger les bases de la paysannerie, à approfondir les connaissances du monde maraîcher…et me voilà aujourd’hui installée sur la commune de Seysses sur des terres en zone agricole suite à une procédure SAFER.

C’est grâce au soutien de l’ADEAR 32, association pour le développement de l’emploi agricole et rural que j’ai pu mettre des chiffres sur mon projet et avancer dans les dossiers d’installation aidé. Le soutien financier à l’installation est venu d’institutions tel le conseil régional et le conseil départemental. Plus tard c’est fut la chambre d’agriculture qui m’a apporté son soutien et l’appui technique pour devenir jeune agricultrice.

Aujourd’hui je suis devenue chef d’exploitation avec à ma charge 1.2ha de cultures en plein champs et sous abri (1200m²de serres). Cette évolution je l’ai fait grâce au soutien de l’état français et de l’Union Européenne, via la dotation à l’installation aux Jeunes Agriculteurs. Mon Plan de Développement Economique a été ainsi validé en commission CDOA Commission Départementale d’orientation de l’Agriculture en avril 2013 par le Préfet par le biais du Chef de Service d’Economie Agricole. Je suis tenue désormais de respecter et mes engagements en matière de qualité de production par ma certification AB et en matière des résultats économiques, contrepartie de la dotation JA.

Une activité économiquement viable, écologiquement responsable

Aujourd’hui j’ai réussi en peu de temps à implanter une activité économiquement viable sur la commune, créant mon propre emploi, écologiquement responsable car dès mon installation j’ai labellisé mes terres sous le signe de qualité Agriculture Biologique, répondant à la demande croissante des citadins en produits locaux de qualité. La mise en place de mon circuit court de distribution s’est fait progressivement. Mais inlassablement. J’écoule toute ma production dans un rayon de 20km autour de la ferme. Mes principaux partenaires dans ce sens sont 2 AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) sur SEYSSES et à Toulouse, un magasin spécialisé BIOCOOP et un restaurant toulousain, le MCISARD.

Dès le départ j’ai visé des terres agricoles en périurbain, car je suis de ceux qui sont persuadés de la nécessité de préserver les ceintures vertes maraîchères et de production agricole autour des villes et des villages. Nous savons combien la pression foncière est forte, surtout pour une grande ville comme Toulouse et sa métropole. Cependant, de mon point de vue, une commune comme la nôtre doit permettre par un aménagement du territoire cohérent, de concilier densification urbaine et artificialisation des sols avec activités agricoles nourricières. Et de garantir aux agriculteurs des zones tampons, où aucune activité industrielle vient menacer ni les surfaces ni la qualité des produits issus de nos fermes.

Comment pérenniser son activité agricole par les AMAP : association pour le maintien d’une agriculture paysanne

Dès le début de mon installation la nécessité d’avoir un appui des citadins consomm’acteurs s’est fait sentir. Car comment faire face à ce parcours du combattant qu’est l’installation agricole hors cadre familial ? Comment être sûre d’écouler toute ma production, donc le travail en amont de la récolte, saison après saison ? Comment avoir une trésorerie saine malgré les investissements très importants lors de la création d’une ferme ? Comment éviter de se sentir seule face aux difficultés dans les champs ? Comment valoriser mon activité dans un circuit court? Comment faire du lien social alors que nous sommes nouveaux dans la commune de Seysses ? Comment favoriser la consommation locale des denrées alimentaires, la saisonnalité ?

L’AMAP répond réellement a toutes ces questions. Personnellement en tant que productrice elle m’offre la sérénité financière dont j’ai besoin pour faire réalité mon calendrier de production, faire correspondre mes prévisionnels financiers et ma nécessaire évolution dans la paysannerie. Moralement on se sent valorisés car nos adhérents tiennent aux produits qu’on propose semaine après semaine. On évolue ensemble car à chaque Assemblée Générale nous tentons de remettre à plat la saison pour voir ce qui a plu, ce qui ne fait pas l’unanimité, ce qui est souhaité et ce qui est réellement faisable au niveau du travail du paysan dans les champs.

La durée du contrat qui nous lie est établie selon mes capacités de production, son coût est établi en fonction des coûts de production propres à mon installation, à l’évolution de l’activité. Le règlement à l’avance de la saison est un acte fondateur des AMAP. Pour les raisons citées ci-dessus.

Nos adhérents peuvent mettre un visage sur les légumes qu’ils consomment. Ils sont invités tous les ans à une visite à la ferme. Lors de cette visite, nombreuses questions sont posés et traités ouvertement, c’est un grand moment pour nous paysans, ça nous permet de parler de nos pratiques.

Le comité de pilotage de l’association est là pour faciliter l’échange entre moi, la paysanne, et les adhérents. Nous tentons de gérer au mieux notre co habitation au sein de l’AMAP.

Je trouve très important de fournir ma production aux personnes qui me suivent, pour beaucoup dès le début, dans cette aventure formidable. C‘est un voyage aux entrailles de la terre, au plus profond de moi-même.

Avec le réseau des AMAP Midi Pyrénées qui compte environ 3000 adhérents nous nous efforçons de faire connaitre au mieux ce système d’échange, de favoriser par l’essaimage la création de nouvelles AMAP dans notre territoire, de favoriser l’activité agricole paysanne près de chez nous.

L’agro écologie

C’est un choix pour beaucoup d’entre nous, qui avons fait une reconversion professionnelle, qui avons fait ce chemin de retour à la terre, qui avons entamé l’exode urbain. Un choix qui malgré toutes les contraintes, nous rends libres. Peu à peu.

Nous faisons désormais partie du paysage agricole qui se métamorphose par tous les bouts. Qu’est en train de replanter des arbres car on comprend le travail formidable qu’il fait à notre place, de réduire les surfaces exploitables car on voit le potentiel des microfermes, de diversifier les ateliers à la ferme car chacun apporte une nécessaire complémentarité, de favoriser la vie des sols pour avoir des bons rendements, de semer des fleurs pour enrayer la disparition de nos insectes pollinisateurs…

Amener la vie dans nos champs car plus nous complexifions nos agrosystèmes moins nous devons intervenir dans l’implacable lutte contre nos ravageurs de culture, dans la lutte contre ces maladies qui nous font voir de toutes les couleurs !

Favoriser le retour d’insectes, de mammifères, de batraciens, de la flore sauvage locale, des champignons et leurs mycorhizes, des vers de terre et tout le cortège de la faune dans le sol capable de transformer nos apports en matière organique en nutriments pour nos légumes et nos arbres fruitiers. Tout ceci fait partie de notre tâche de paysans.

Une nouvelle énergie est en train de vibrer dans nos lieux de production. Elle irradié déjà ces lieux, qu’ont tant besoin d’une nouvelle approche sur la terre, l’humus, et de l’importance des équilibres entre toutes les forces vivantes et inertes qui nous entourent.

Rejoignez la marche du petit scarabée ! Rejoignez notre AMAP.