La grande distribution contre le monopole des semences ?

Une fois n’est pas coutume, une enseigne de la grande distribution défie la loi dans le bon sens.
Carrefour mène actuellement une campagne de communication expliquant sa nouvelle offre : commercialiser dans certains de ses magasins des légumes issus de semences paysannes.

Face à cette aberration qu’est le monopole des semences par les géants de l’agrochimie, une volonté des poids lourds de la grande distribution ne serait pas de trop pour aider à la prise de conscience concernant le vivant et les dérives du capitalisme dans ce domaine.
Cela étant, même si Carrefour se met en avant et joue les hors-la-loi, seule la vente de semences reste interdite, pas la commercialisation des récoltes de ces mêmes semences. C’est donc probablement plus un coup de pub pour eux qu’un acte de bravoure militant, mais qui peut tout de même être utile à la cause paysanne.

Rappelons que des associations comme Kokopelli, les Amis de la Terre ou encore le Réseau des Semences Paysannes militent pour la libération des semences et nous informent de l’évolution du marché des semences et des biotechnologies (1).
Une vision d’ensemble est de plus en plus nécessaire et nos choix d’évolution doivent de toute évidence se faire avec un certain recul écologique (surtout au vu de l’ampleur des conséquences de nos choix passés). Les Amap en sont un rouage important je pense, et peuvent participer à changer les mentalités et les habitudes.

Le marché des semences, en grande partie contrôlé par quelques multinationales, a bien besoin de ces actes militants et responsables, ainsi que d’une vision plus large que la tentative de croissance infinie dictée par notre modèle économique.

 

(1) Dans les derniers tours de passe passe en date, les grandes entreprises de l’agrochimie qui font pression déclarant que leurs nouvelles créations OGM ne peuvent être considérées comme des OGM et devraient donc pouvoir passer au travers de nos lois.
Petit reportage sur le sujet de Troisième Porte à Gauche.
Il est comme souvent tellement triste de constater que dans nos démocraties, les décisions concernant notre propre nourriture, donc notre bien-être et notre équilibre sont prises en fonction des intérêts économiques de grands groupes industriels et sans débat ou consultation des citoyens.

 

One comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *